Mes Alliances Créatives (2/4) – Entretien avec Anouck Faure

Honorable visiteur, honorable visiteuse, harmonieuse pousse de séquoia, mes salutations.

En ce mois de mars, je poursuis avec le plus grand plaisir ma série de quatre articles autour des Alliances Créatives.

Je m’intéresse dans ces articles aux collaborations créatives sur le long terme (c’est ce que je choisis d’appeler les Alliances Créatives) : par exemple, s’engager dans un projet à quatre mains ; inviter d’autres créateurs à s’emparer de l’univers qu’on a bâti pour le cuisiner à leur sauce (approche transmédia) ; ou encore construire des partenariats avec des acteurs du monde créatif.

Je vous parlais la semaine dernière des aspects fondateurs sur lesquels baser ses Alliances : alchimie ; admiration ; confiance. Et vous évoquais ma toute première Alliance Créative avec Roxane Edouard, mon agente littéraire.

Je m’intéresse aujourd’hui aux trois qualités qui me semblent nécessaires au bon fonctionnement de toute collaboration créative, puis je vous parlerai plus en détail de mon Alliance avec la talentueuse Anouck Faure que j’ai déjà eu l’occasion d’évoquer sur ce blog.

L’art délicat de la collaboration – Source

Pour qu’une Alliance Créative soit fructueuse…

Voici trois qualités qui participent, me semble-t-il, au développement d’une collaboration réussie : s’engager pleinement ; conscientiser la part créative de l’autre ; établir un dialogue sincère.

S’engager

Il ne faut pas mettre moins d’énergie dans un projet commun sous prétexte qu’on est désormais deux à la barre. Non. Pour qu’une œuvre à quatre mains s’épanouisse, il est essentiel que chacun ou chacune de ses co-créatrices s’engage entièrement dans le processus de création, dans les étapes qui se succèdent et dans la volonté de voir le projet aboutir. Si l’une des deux parties ne s’engage qu’à moitié, le projet est déséquilibré, bancal, et la fusion des énergies n’advient pas, en tout cas pas au niveau d’osmose qui résulterait d’un double engagement concomitant et volontaire.

Conscientiser la part créative de l’autre

Un aspect délicat pour qui a l’habitude d’être le seul capitaine à bord de l’esquif créatif. Lorsque l’on travaille de concert sur une même œuvre, il est très important de comprendre et d’accepter le territoire créatif de l’autre. On touche ici à la notion de lâcher-prise. Si je dis : « okay, ceci, très cher, est ton territoire créatif, va et fabrique un truc trop cool ! » mais qu’ensuite je passe mon temps perché sur l’épaule de mon co-créateur à critiquer ou diriger sa contribution au projet, je restreins sa liberté, je freine sa créativité, je nie l’altérité qu’il ou elle insuffle à notre œuvre.

Bien entendu, je peux avoir un avis sur ses réalisations, je peux lui suggérer des changements ou des modifications, mais pas à n’importe quelle étape du processus (certaines étapes ne doivent pas être interrompues sous peine de briser le flux créatif. C’est souvent le cas, par exemple, des premiers jets). Il peut être bon également de définir le domaine de compétence de chacun. On peut ainsi acter par avance que notre co-créateur aura le mot final sur son territoire (et réciproquement), ce qui n’empêche pas pour autant la discussion et les aménagements créatifs.

Aligner les planètes et équilibrer les territoires créatifs – Source

Établir un dialogue sincère

Pour définir les domaines créatifs de chacun, organiser en amont ou modifier le travail créatif, il est important d’établir un dialogue, le plus fluide possible. Il est encore plus essentiel d’instaurer un dialogue sincère : d’être capable d’énoncer ses besoins, sa manière de fonctionner ; mais aussi d’interpeller son co-créateur si l’on pense qu’il s’égare dans la mauvaise direction, ou de lui pointer que ce petit morceau, là, n’est pas aussi bon que les autres (et tout cela en respectant sa part créative ; un équilibre délicat, je vous l’accorde, qui se bonifie par la pratique).

Les retours positifs sur ce que l’autre réalise au service de l’œuvre commune seront ad vitam eternam un moteur crucial de votre Alliance. Encore faut-il que vos compliments soient sincères et que vous appréciez réellement le travail et la (ou les) patte(s) créative(s) de votre co-créateur.

Et à propos de patte magnifique…

« Mers intérieures » – Anouck Faure – Encre de Chine sur vélin d’Arches, 28.5x38cm, 2019

Mes Alliances Créatives – Anouck Faure

Je conclus ma seconde Alliance Créative avec Anouck Faure aka Amaryan, formidable artiste plasticienne, graveuse, illustratrice ; autrice à la plume superbe.

Je vous disais, dans l’article précédent, qu’il fait bon être fan de ses co-créateurs et de leur travail artistique. C’est totalement mon cas en ce qui concerne les multiples créations d’Anouck Faure.

Je découvre d’ailleurs Anouck par le biais de ses illustrations, de ses mots, puis de son travail de graveuse, qui me fascinent et me touchent. Poésie des profondeurs, langage impalpable et sacré, évocations subtiles et puissantes, plongée dans les racines, l’eau, le sel et la roche qui s’entremêlent.

Elle et moi évoluons dans le même vaste cercle d’Imaginaire, et si nous nous croisons à quelques reprises, nous nous rencontrons de manière plus personnelle lorsque je la contacte, en 2016, pour lui commander quelques illustrations pour mon roman post-apoétique, La demeure des Mah-Haut-Rels.

« Le Commandant » – Illustration réalisée par Anouck pour La demeure des Mah-Haut-Rels – 2021

Ce premier projet commun est mis en pause pendant un certain temps. En 2019, je renoue avec Anouck qui est toute prête à y plonger les mains ; durant cette année et les suivantes, nous nous verrons régulièrement, parfois sur des semaines entières, afin d’échanger sur ce projet et nos créations respectives. C’est le début d’une profonde amitié et la découverte d’un terrain d’alchimie créative partagé, terreau fertile non pas d’un, mais de plusieurs projets communs.

Au printemps 2021, à l’occasion d’une résidence créative et de nombreuses discussions sur nos projets en cours et sur les rouages de la créativité, nous envisageons de créer un Oracle à quatre mains.

Cet Oracle en 52 cartes et 12 tirages se consacre au dialogue avec sa créativité. Plus qu’un jeu de cartes, le Pacte Créateur est un outil de développement personnel permettant de mieux comprendre son fonctionnement créatif, de dénouer ses blocages et de fluidifier sa créativité. Ce projet dont nous aurons l’occasion de vous reparler en long, en large et en travers (et avec beaucoup d’enthousiasme) nous accompagne tout au long de l’année 2021 et sera au cœur de notre année 2022.  Il verra le jour en 2023.

Et ce n’est pas la dernière fomentation qui frémit dans les profondeurs de notre Alliance Créative…

Entretien avec Anouck Faure

Anouck à la fenêtre

Ma chère Anouck, mille merci de prendre le temps de cet échange. Sautons à pieds joints dans cet entretien. Si tu devais répondre en quelques phrases à la question « Qui es-tu ? », que nous en dirais-tu ?

Bonjour ma chère Siècle, et merci de me laisser la parole à propos de notre alliance créative ! Je suis une créature secrète, et je préfère laisser mes créations parler pour moi sur les eaux du web, aussi je vais faire sobre. Je suis une artiste plasticienne, illustratrice, autrice originaire de Nouvelle-Calédonie, archipel d’Océanie qui a contribué à modeler ma créativité, bien que je vive désormais à Paris depuis de longues années. Cela fait cinq ans que j’ai tout doucement commencé à évoluer professionnellement dans le domaine de l’art et de l’illustration.

Comment conçois-tu la créativité, la création, l’acte de créer ?

La création est un, sinon l’élément central dans mon existence. D’aussi loin que je me rappelle, j’ai toujours dessiné, écrit, inventé des histoires à chaque moment de libre (et même dans les moments qui n’auraient pas dû l’être…). Je ne peux m’imaginer cesser d’exprimer ma créativité, tant elle me paraît fondatrice de ce que je suis. Et celle-ci est, par nature, multifacette. J’aime et j’ai besoin d’expérimenter, d’explorer tous les univers créatifs, les styles graphiques, littéraires, toutes les techniques qui m’interpellent. C’est quelque chose qui m’a longtemps frustrée, car dans le milieu professionnel, on a tendance à rechercher des gens qui ont une seule et unique ‘patte’ bien identifiable, mais je commence à l’accepter comme une force et surtout une source de joie. Et de toute façon, je ne saurais pas faire autrement.

« Cimetière de cristal » – Anouck Faure/Amaryan – 2019

Pourrais-tu nous en dire un peu plus sur ton métier, tes ambitions, ta vision du monde créatif et la manière dont tu souhaites y participer ?

Pour moi, le monde créatif est une façon de traduire des réalités, des émotions, des questionnements, liés à notre monde bien réel, par le biais de métaphores ou en tout cas par une expression plus subtile et moins rationnelle que la parole. Un dessin, une histoire, permettent d’atteindre les autres par des biais différents, et ainsi l’autre est pour moi une part très importante de ma créativité et de mon métier de créatrice. Bien sûr, je vais être guidée en premier lieu par les sujets qui m’inspirent, me portent personnellement, mais toujours dans l’intention d’en partager quelque chose. Lorsque je réalise une oeuvre, que ce soit une illustration de couverture, une gravure, un roman, j’essaie avant tout de proposer un regard, un angle nouveau. Et bien sûr, j’espère voir le plus grand nombre s’y retrouver ou tout du moins ressentir une émotion face à cette proposition.

Pour quelles raisons, à ton avis, avons-nous forgé notre Alliance Créative ?

Cela va sembler un peu cliché, mais celle-ci est très vite apparue comme évidente ! Dès notre première rencontre, j’ai senti une harmonie dans nos aspirations et notre façon de percevoir la créativité, ainsi qu’une compréhension instinctive (et je sais maintenant que c’était une impression partagée !). Même s’il a fallu du temps pour qu’effectivement nous commencions à concrétiser des projets, j’avais la certitude que nous allions tôt ou tard faire quelque chose ensemble. Nous nous retrouvons je crois dans notre besoin d’explorer de nombreux horizons créateurs, un certain rapport au langage et à une essence des choses et des êtres. Et chaque texte, chaque projet né de tes mains que je découvre est un nouvel enchantement. Mener ces projets en commun à tes côtés est à la foi un honneur, une évidence et un plaisir permanent !

« Le roi défunt » – Projet de mythologie galloise à paraître aux éditions Callidor – Anouck Faure

Comment envisages-tu notre collaboration dans les années à venir ?

Je nous vois présenter nos projets aux yeux du monde et les porter avec notre énergie décuplée ! Et puis, continuer à avoir de longues, interminables discussions qui aboutissent irrémédiablement à de nouveaux projets qu’il faudra glisser dans un planning créatif toujours bien rempli. Mais même lorsque nous aurons une longue expérience du travail en commun, je doute que l’enthousiasme et l’admiration faiblissent pour autant…

Quelles sont les énergies, les actions et les directions que tu souhaites nourrir dans ta vie en cette année 2022 ?

J’ai des aspirations très optimistes pour cette année 2022. Les deux dernières années, beaucoup de choses ont maturé. Des projets portés depuis longtemps ont commencé leur remontée à la surface et vont progressivement commencer à apparaître. Je souhaite les accompagner de mon mieux, partager la joie que j’ai eu à les créer, que j’aurai à les partager.

D’autres projets assez longs sont également en cours de réalisation et vont représenter de beaux défis, je veux m’efforcer de les aborder avec confiance et énergie pour leur permettre de fleurir de la plus belle façon ! Et comme toujours, continuer à nourrir ma créativité, en explorer tous les aspects qui m’appellent.

« Cityscape and goldfish » – Anouck Faure/Amaryan – 2017

Mille merci pour cet entretien, ma chère Anouck. Honorable visiteur, honorable visiteuse, harmonieuse pousse de séquoia, je te laisse sur cette fabuleuse image de poisson des cités dont je ne me lasse, pas malgré le passage des années. On se retrouve la semaine prochaine pour un troisième article sur les Alliances Créatives. D’ici là, puisses-tu grignoter trois quartiers d’orange à l’heure du petit-déjeuner.

Lumière sur ta journée !

Siècle

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.